Le Titanic et l’iceberg du real time

La visibilité du Titanic dans les médias ces jours-ci me donnerait le goût de pirater le Web… si j’avais les compétences d’un super-méga geek. 

Cela m’a inspiré cette divagation historique sur le thème poétique du jour: le naufrage de l’arrogance technologique dans l’océan incertain du futur!
Depuis hier, aujourd’hui, pour quelques jours encore, la célébrité de l’accident maritime du Titanic fait en sorte que le cours normal de l’actualité est légèrement dévié vers les eaux glacées de l’Atlantique Nord en 1912. Des nouvelles du jour sont maintenant celles des jours vieux de 100 ans parce que des informations  titanisques [sic] sont diffusées puis reprises des centaines, des milliers et des milliers de fois dans les médias sociaux et officiels. 
Une hypothèse qui divague

Si 1 000 faits historiques, 100 000 ou même 1 000 000 de faits anciens étaient ainsi re-diffusés dans le Web avec la même amplitude, fréquence et duplication, avec la même frénésie de remixage et de re-twitts, est-ce qu’on pourrait fléchir, détourner de l’actualité 10, 15, 25% des contenus mis en ligne? À la limite, pourrait-on faire croire un moment à des gens qui ouvrent leur plate-forme d’aggrégation de nouvelles qu’elles ont voyagé dans le temps durant leur sommeil et qu’elles reçoivent maintenant, en avril 2012, des nouvelles vieilles de 100, 200 ans?
De quelle manière serait-il possible de construire, secrètement, un gigantesque iceberg de données historiques? Ce pourrait être une sorte de réincarnation pôlenordesque de Moby Dick, l’agglomération de toutes les données imprimées dans l’ère pré-web. Gavé de krill d’informations oubliées, on le ferait dériver lentement dans le fil des réseaux sociaux, en real time de 2012, pour que le cours de l’actualité soit dévié de sa course, pour qu’il se défile à l’envers, à rebours de sa direction normale.
Orson Welles a fait croire aux New-Yorkais que les extraterrestres les envahissaient. Pourquoi ne pourrait-on pas (nous) faire croire que nous sommes à une autre époque? 
J’imagine des armées de chevaux de Troie installés sur des milliers et des milliers d’appareils numériques, sur des blogues, des comptes Twitter, Flickr, Gmail, Facebook, Youtube, Itunes (imaginons des comptes « amis » préprogrammés, synchronisés et interconnectés, clandestins, pour écouter et visionner telle ou telle oeuvre ancienne!) qui, au moment prévu, diffusent des millions de données historiques.
Un complot pour faire couler le Titanic du real time dans les abysses de l’Histoire
(c’est un élément poétique de la divagation!).
Je perds le Nord, et le présent, c’est sûr. Mais l’idée m’est venue en pensant aux énormes trous noirs qui auraient une force gravitationnelle si grande qu’ils pourraient faire dévier, fléchir le trajet de la lumière. 
Toutes les informations, documents et données anciennes que l’on met aujourd’hui en ligne sont comme des trous noirs au milieu Web. C’est la matière sombre de l’univers numérique. Déposée dans les bases de données du web invisible, hors de la chronologie du Web née à peine voilà 25 ans, la mémoire des sociétés et des cultures passées reste dans les oubliettes. On ne sent pas ni sa présence ni son poids: la dématérialisation numérique a plombé la continuité entre hier et maintenant.

Comment donner aux archives de la mémoire humaine une présence réelle, en real time, pour qu’elle apparaisse autrement qu’à l’occasion de la recherche de quelqu’un dans une base de données, ou lors de la consultation d’un site?

Facebook, Google+ et l’environnement Apple, on ne peut pas y échapper: ils sont toujours et tout le temps là.

Pourtant, si on pense au nombre et à la valeur des énoncés qu’il contient, l’univers total des livres et des imprimés (avant 1990) représente un réseau socio-culturel aussi important que les réseaux actuels. On pourrait discuter de la taille de chacun d’eux, mais celui de la mémoire historique est des milliers de fois plus riche et complexe que ce qu’on peut en voir aujourd’hui dans le Web. 

Comme le fatidique iceberg du Titanic s’était formé par l’accumulation de minuscules cristaux de glace, jusqu’à pouvoir couler le plus gros paquebot de l’époque, pourquoi ne pas concevoir un iceberg de données pour déchirer la surface de l’infini présent et nous montrer que nous voguons au-dessus des fosses, des heurs et malheurs de l’Histoire.
C’était mon petit iceberg à la mer, numérique.
Bon voyage!
Et joyeux naufrage!

Métaphores du livre

Au Moyen-Âge, le monde était le Grand Livre de Dieu dans lequel on apprenait à déchiffrer le sens qu’Il y avait mis tout en ayant foi dans les mystères que ce Livre divin contenait. Aujourd’hui, le livre n’est plus une métaphore structurante du monde ni même de la connaissance. C’est plutôt le livre qui est comme la Grande Toile, comme le Web, fait de relations, de liens. Un dictionnaire (imprimé sur papier) est vu maintenant comme un document numérique dans lequel les liens hypertextes sont réalisés en tournant les pages plutôt qu’en appuyant sur le museau de la souris.

À quel moment le comparant « livre » est-il devenu un « comparé »? Que cela signifie-t-il? Certainement, un changement en profondeur dans la place qu’il occupe dans la culture.

L’idée d’une Église catholique contre le livre et la lecture est toujours paradoxale. Si elle a mis en place l’Inquisition et toutes sortes de politique de censure à travers le temps et les pays, c’est que l’Église croyait dans les pouvoirs du livre, des livres: elle était bien obligée avec la Bible comme fondement.

Si on s’élève aujourd’hui contre toute forme de censure du livre, des idées ou des paroles, ce n’est pas que pour des raisons de libertés individuelles. C’est aussi parce que la croyance dans les pouvoirs du texte et du livre a beaucoup diminuée sinon disparue. Pourquoi mettre en place tout un système d’interdiction de l’écrit si on ne lui reconnaît pas le pouvoir de modifier les esprits ou de les changer? Pourquoi interdire un livre quand on ne croit pas qu’il puisse changer quoi que ce soit? Pourquoi le ferait-on?

Les termes, les images et les métaphores pour décrire Internet ont envahi le domaine des métaphores: réseau, toile, navigation, discontinu, fragmentaire, aléatoire, virtuel, numérique, lien, non-linéaire, connexion, etc. Internet a re-métaphorisé un lexique ancien appartenant à d’autres domaines de l’activité humaine: naviguer et toile par exemple, empruntés à la marine, ont acquis d’autres significations dans le domaine des NTIC. On pourrait chercher dans le Petit Robert numérique les termes pour lesquels on a ajouté une entrée précédée d’expressions comme « en informatique », « dans Internet », comme on mentionne « en linguistique », en « biologie », etc. Il y a des nouveaux mots, mais quels « anciens » mots ont acquis des sens nouveaux?

Dans le Grand Corpus Numérisé, comme celui auquel donne accès les Ngrams de Google, pourrait-on dessiner l’évolution du champ sémantique d’un mot-clé de la culture comme « livre », observer sa période d’extension sémantique presque impérialiste et son déclin à l’heure présente. On y observerait le parcours d’un mot au début de son usage intensif, alors qu’on le compare à quelque chose, le moment où il est le comparé. Puis, en même temps que l’accroissement de sa valeur culturelle et symbolique, le mot « livre » est devenu à son tour un comparant, une sorte de levain sémantique qu’on lie métaphoriquement à d’autres mots pour faire lever leur sens.

Aujourd’hui, ce mot-clé de « livre » redevient un simple comparé, ou pire, il connaît une sorte d’inversion sémantique de son aire métaphorique. De valorisant, il devient péjoratif: linéaire comme un livre, fermé, ou « autoritaire », monosémique, etc., comme si tout ce qui lui avait donné le pouvoir de devenir le Grand Comparant, jusqu’à créer l’équation Monde = Livre, s’estompait peu à peu, se refermait sur la culture du livre d’où il était sorti.

Le livre et disons mieux, disons le roman, au moins la longue histoire du roman occidental, a peut-être été un combat contre le chaos du monde, échevelé, discontinu, in-sensé. Des centaines d’années à construire ce que Bakhtine appelait la « maîtrise des faits dans la temporalité », de la réalité prise dans le mouvement du temps, sans début fixe ni fin déterminée. Comment dans ce temps sans commencement ni fin, sans programme ni finalité, raconter une ou des histoires, les faire tenir entre quelques-unes ou des centaines de pages? Tout le travail de générations de romanciers a été cela. Tellement bien réussi que le récit « avec un début et un fin bien déterminés » paraît être la forme naturelle du récit alors qu’il en est une de ses formes les plus construites. C’est plutôt le récit échevelé, sans queue ni tête, le récit sans début évident ni fin certaine qui est la forme « naturelle » du récit.

Les récits non-linéaires, mis en valeur dans la littérature du XXe siècle, et célébrés par tout un courant des études sur les récits de l’ère numérique, seraient peut-être plutôt qu’une avancée vers des formes plus évoluées du récit, une sorte de régression au stade primitif du récit, aussi chaotique que le monde avant que le premier véritable conteur y donne sens et lui donne des significations. Dans la persistance des récits « traditionnels », ceux qui demeurent encore et contre toute tentative les vrais seuls best-sellers aujourd’hui, ce besoin grégaire, atavique, d’opposer au désordre insensé du monde, un récit lié-liant, s’exprime l’opposition de la conscience à la réalité immédiate composée des infinies perceptions des sens et des mouvements du monde.