Exploration des lieux de la mémoire

Que faire à partir de l’inventaire des lieux de la mémoire du Canada français par le CÉLAT? Comment le présenter pour qu’il devienne un publication internet où un assez large public pourrait y découvrir l’histoire, et aussi, que des associations et des organismes OSBL puissent l’exploiter à leur façon, y aménager des parcours?
D’abord, les lieux de mémoire mettent en relation la géographie et l’histoire, l’espace et le temps selon deux espaces-temps. Leur reconnaissance, et donc leur inventaire, s’appuie sur (au moins):
– deux séries de dates: celle de la date où s’est « produit/ ou a commencé » l’événement commémoré (concept de l’Inventaire: « données mémorielles ») : mort, bataille, personnages, fondation, découvertes, lieux, etc. Ces dates sont nécessairement différentes: la commémoration, postérieure à « l’événement ».

– deux séries de lieux: le lieu de l’événement commémoré et le lieu/site de la commémoration. Dans ce cas, le lieu commémoré et le lieu commémoratif peuvent souvent correspondre (mais pas toujours), le lieu commémoré n’est généralement plus le même suite à toutes les transformations qu’il a subies: on pose souvent une plaque commémorative sur un édifice « moderne », alors que le « lieu de mémoire » n’est pas cet édifice ou tout autre chose qu’un édifice, même si le lieu proprement dit (longitude-latitude) est le même.

Publié par

LGauvreau

Curateur culturel